Skip to content Skip to footer

Lyon25 — 28 mai

NS Lab donnera la parole à des artistes mobilisé·es, à des scènes en luttes, de l’Est du continent européen jusqu’au Brésil.

Co-organisé par le festival Nuits sonores, des penseur·euses, journalistes et activistes, offriront des clés de compréhension des grands défis auxquels le monde fait face : indépendance, écologie, migrations, guerre en Ukraine, égalité des genres...

En prise à l’actualité et aux mouvements de fonds qui traversent les scènes artistiques contemporaines, NS Lab veut être un espace de dialogue, un lieu de rencontre et d’empowerment qui s’inscrit dans une vision à rebours d’une culture dépolitisée, imperméable à son environnement, purement hédoniste.

NS Lab

rencontres, panels, workshops, formations & performances artistiques

édito

Dans les ruines de Marioupol et les rues de Kyiv, des citoyen·nes – parfois des musicien·nes, graphistes, acteur·rices culturel·les — prennent les armes pour défendre l’indépendance et la souveraineté de leur pays. Des clubs, lieux culturels, restaurants se transforment en base arrière logistique pour soutenir la résistance à l’invasion russe, défendre un idéal de liberté et de pluralisme, un attachement à l’Europe.

Des millions de personnes sont contraintes à l’exil, rejoignant tant de personnes réfugiées d’autres régions du monde, fuyant la guerre ou le désespoir.

Comment programmer nos lieux et événements culturels dans un tel contexte ?

À l’heure du retour de la guerre en Europe et du tragique de l’histoire, de la montée des autoritarismes et des replis identitaires, d’un capitalocène dont les effets s’éprouvent sur toute la planète et de l’urgence climatique… Jamais la question du rôle de nos espaces de programmation artistique et de débat public, de la fonction des plateformes que nous nous efforçons de construire pour relier artistes, activistes, philosophes, et médias européens ne s’est posée avec une telle acuité.

Comment faire de ces espaces temps des moments « utiles » à nos générations qui ont grandi, à tort, dans l’illusion d’une fin de l’Histoire postérieure à la Chute du Mur et du rideau de fer, et font face à des défis colossaux ?

Comment nos moyens d’actions culturels, outils et ressources, ceux d’un festival de musique, d’un forum de débat d’idées, d’un incubateur de médias, d’un réseau et de coopérations européennes, peuvent-ils rendre compte de réalités plurielles au sein d’un monde fracturé, produire de l’intelligence collective, des modèles alternatifs, de la solidarité, des incitations à l’action ?

Avec le nouveau programme NS Lab, Nuits sonores et European Lab entendent reposer avec force cette question, tout en réaffirmant le rôle majeur des club cultures, du dancefloor et plus globalement du secteur culturel indépendant dans les transformations sociales et culturelles contemporaines.

NS Lab donnera la parole à des artistes mobilisé·es, à des scènes en luttes, de l’Est du continent européen jusqu’au Brésil. À des penseur·euses, journalistes et activistes, pour offrir des clés de compréhension des grands défis auxquels le monde fait face. En prise à l’actualité et aux mouve-ents de fonds qui traversent les scènes artistiques contemporaines, NS Lab veut être un espace de dialogue, un lieu de rencontre et d’empowerment qui s’inscrit dans une vision à rebours d’une culture dépolitisée, imperméable à son environnement, purement hédoniste.

Pendant 4 journées, ce programme proposera aux festivalièr·es une nouvelle expérience —complémentaire des Days et de A night with…, le programme nocturne de Nuits sonores — à Lyon Confluence, entre Hôtel71, maison d’Arty Farty mais aussi incubateur média et hub créatif, HEAT, food-court et lieu de convivialité et les Halls et le forum d’H7, lieu dédié à l’innovation numérique.

Avec NS Lab, le débat d’idées, la transmission et le témoignage viennent augmenter la programmation musicale de Nuits sonores par des rencontres, interviews, workshops, panels de discussion, conférences-écoutes, plateaux-radios, performances artistiques, formations et masterclasses, prises de parole.

Au cœur de Nuits sonores, NS Lab est une plateforme de visibilisation et de réflexions sur des luttes en cours. Une caisse de résonance et un lieu de connexion entre communautés locales et personnalités culturelles européennes. Un espace collectif pour ne pas rester seul·es face au tragique de l’Histoire. Un événement pour (re)mettre de la parole politique au cœur de l’arène artistique.

25 — 28 mai

HEAT Lyon, H7, Hôtel71
Nuits sonores et European Lab présentent NS Lab ✊
Pendant 4 journées, ce programme proposera aux festivalièr·es une nouvelle expérience, complémentaire des autres programmes de Nuits sonores : rencontres, panels, workshops, formations & performances artistiques seront au rendez-vous chaque jour de 14h00 à 00h00 entre Hôtel71, H7 et HEAT.

Les grandes lignes du programme :

14h00—20h30 :
panels, rencontres & conférences-écoute

20h30—00h00 :
dj sets

NS Lab est une plateforme de visibilisation et de réflexions sur des luttes en cours, qui donnera la parole à des artistes mobilisé·es, à des scènes en luttes, de l’Est du continent européen jusqu’au Brésil.

Au centre des discussions, une question principale : comment nos moyens d’actions culturels, outils et ressources, peuvent-ils rendre compte de réalités plurielles au sein d’un monde fracturé, produire de l’intelligence collective, des modèles alternatifs, de la solidarité, des incitations à l’action ?

Les lieux

HEAT

Food-court situé à Confluence, HEAT accueillera les dj-sets, talks et conf-écoutes.

70, quai Perrache
69002 Lyon

H7

Lieu totem de la French tech, H7 accueille 350 start-ups et propose à l’année des rencontres.

70, quai Perrache
69002 Lyon

Hôtel71

Maison -mère de l’association Arty Farty, Hôtel71 est un creative hub, lieu de travail, d’incubation, de formation et d’accompagnement dans le domaine de la culture et des médias.

71, quai Perrache
69002 Lyon

Programmation

10:30
Workshop • H7
Action's image

Penser et créer un projet de coopération en faveur des artistes migrant·es, du local à l’international

A destination des structures culturelles et sociales, Aura Burzynski présentera L’atelier des artistes en exil, ses activités, son développement territorial.

Le workshop permettra également de donner des clefs de compréhension et de compétences pour identifier les besoins et monter un projet de coopération culturelle sur l’inclusion des artistes en exil visant les structures culturelles. Comment faire le lien entre des contextes nationaux et une thématique transnationale telle que l’exil et la migration ? Comment penser l’impact d’un projet européen pour qu’il puisse servir le développement d'initiatives au niveau territorial / local ?
En partenariat avec L’atelier des artistes en exil
L’atelier des artistes en exil (aa-e) se donne pour mission d’identifier des artistes en exil de toutes origines, toutes disciplines confondues, de les accompagner en fonction de leur situation et de leurs besoins, de leur offrir des espaces de travail et de les mettre en relation avec les réseaux professionnels (français et européen), afin de leur procurer les moyens d’éprouver leur pratique et de se restructurer.
Aura Burzynski (L’atelier des artistes en exil,FR)
COMPLET
14:00
HEAT
Action's image

Conférence-écoute : Nicola Cruz

Nicola Cruz
Chaque début d'après-midi de NS Lab, un·e artiste de la programmation de Nuits sonores ou une personnalité du secteur artistique partage et commente ses influences musicales à HEAT. Une heure pour se plonger dans ses bacs de disques ou ses collections mp3, et une autre manière d'appréhender une sélection musicale, commentée et remise dans son contexte.Entre passé et présent, sonorités organiques et électroniques, local et global : c’est dans une constante dualité que l’univers de Nicola Cruz trouve son équilibre. Le producteur équatorien convie les rituels, les rythmiques et les instruments issus des traditions musicales sud-américaines pour déployer une musique teintée de spiritualité, où l’electronica rencontre le sitar, le siku et le balafron. Un voyage passionnant entre l’ancestral et le contemporain.
entrée libre
15:00
Talk • H7
Action's image

La création musicale, terrain de métissage des subjectivités

Dans le cadre de la coopération européenne EU-MED
Dans un contexte géopolitique actuellement tendu, de l’Afghanistan à l’Ukraine, des migrant·es de la Méditerranée aux déplacé·es climatiques, les migrations, qu’elles soient choisies ou subies, sont un fait social et un enjeu majeur de notre époque. Comment retranscrire un processus social, politique, philosophique comme celui des migrations au sein d’une création musicale ? Comment traduire le déplacement, le pas de côté, le croisement à la fois géographique et culturel ? En mobilisant l’intersubjectivité, c’est-à-dire la capacité à considérer la pensée d’autrui dans sa faculté de juger, la musique permet de déconstruire les stéréotypes liés aux migrations et exprimer les nuances des identités plurielles.

Bawrut (artiste, IT)
Diana Azzuz (artiste, UA)
Mous Bahri (artiste, LB)
Paloma Colombe (artiste, FR & DZ)
Modération : Amine Metani (Shouka, FR)
inscription
16:45
Talk • H7
Action's image

Comment les médias racontent les migrations

Dans le cadre de la coopération européenne EU-MED
Engagé dans la coopération européenne EU-MED portant sur « la narration des migrations » European Lab s’attache à questionner les récits de migration, comment ils se composent, ce qu’ils produisent : compréhension ou peurs irraisonnées ? Comment faire entendre des récits mobilisateurs, lucides et inspirants qui contrecarrent les psychoses sécuritaires, replis identitaires et propos déclinistes ? Les dernières éditions d’European Lab, à Bruxelles et Paris, ont ainsi accueilli témoignages de parcours migratoires, histoires d’hospitalité, prises de paroles engagées, performances artistiques.À Lyon, NS Lab propose d’analyser les récits de migration portés par des médias, de part et d’autre la Méditerranée, de la Tunisie à l’Est de l’Europe.
Comment les mouvements de population, internes au continent africain (les plus importants) et aux frontières de l’Europe, sont-ils rapportés par les médias ? Par qui sont-ils produits, comment sont-ils perçus ? Autre enjeu : comment des personnes en situation de migration ou qui l’ont été peuvent-ils (re)prendre la main sur leurs propres récits en produisant des contenus médias voire en créant leur média, comme Guiti News ?
Cela suppose, notamment, d’accueillir et accompagner les journalistes réfugiés à poursuivre leur métier malgré les obstacles, dont la barrière de la langue, et la précarité.

Autres partenaires : Fondazione Giangiacomo Feltrinelli (IT), SOS Racismo Gipuzkoa Asociacion (ES), Agora Europe (FR), Amel France (FR), Universiteit Maastricht (NL)

Francesca Spinelli (VoxEurop, IT) Abdessamad AIT AICHA (Maison des journalistes, FR) Haifa Mzalouat (Inkyfada, TN) Hajar Drissi (Guiti News, FR) Modération : Philippe Couve (Samsa, FR)
inscription
18:30
HEAT

Radio Lab

Interviews • entrée libreEn clôture de la première journée de NS Lab dédiée à la thématique des migrations, et notamment aux récits de migration portés par les médias, Rooh SAVAR reviendra sur son parcours de journaliste exilé en France, entrepreneur très actif dans le champs des médias, de la communication publique et de la veille sur l’intelligence artificielle, ainsi que sur ses engagements, à la présidence de SINGA Global. Né à Mashhad en Iran, Rooh SAVAR est un journaliste et blogueur engagé dans son pays. Féru de politique et de stratégie, il est également expert en communication publique. Après ses multiples expériences professionnelles en Iran, il se lance en 2009 dans une nouvelle aventure loin de sa terre natale et part s’installer à Paris.Dans sa nouvelle vie française, il est un entrepreneur pluridisciplinaire. Faisant le constat du manque d’informations fiables disponibles en français sur les affaires iraniennes, il fonde Lettres Persanes, un magazine culturel sur l'Iran, sa culture, sa société, son cinéma, ses arts et son Histoire. Créée en 2015, il est le principal média francophone consacré à l'Iran mais aussi à la diaspora iranienne. Il crée aussi en 2019 Jahan Info, une plateforme de veille de la presse par l’intelligence artificielle. En parallèle, il assure la présidence de SINGA Global. SINGA est une communauté internationale de 50 000 membres présente dans 17 villes de 7 pays. Cette communauté ambitionne de construire une société riche de ses diversités, où chacun.e, quelle que soit son origine, peut réaliser pleinement son potentiel. En France, SINGA favorise la création de liens entre les personnes nouvellement arrivées (personnes réfugiées, demandeuses d’asile et immigrées) et les personnes locales (connaissant les codes culturels de la société d’accueil) dans le but de favoriser le développement du réseau social et professionnel de chacun, source de nombreuses opportunités (accès à la culture, à l’emploi, à la formation ou au logement par exemple). Rooh Savar est également le fondateur du projet Welcome Place, avec Kat Borlongan, ancienne directrice de la French Tech. Rooh Savar
Gabber Modus Operandi
Entrée libre
18:30
HEAT

Dj-sets

Jusqu'à minuit. Entrée libre Alpha aka LEGROSTASDEZIK
Chicas Buraque b2b DJ PAPINI
Yucca Mü
entrée libre
10:30
workshop • HEAT
Action's image

Vers de nouvelles pratiques de programmation

Black Artist Database et The eastbloc antifascist sound alliance s'associent dans le cadre d’un atelier ouvert ayant pour but de reconsidérer la manière dont les festivals, les salles de concert et toute autre institution culturelle programment leurs événements.

Le workshop, ouvert aux professionnel·les, propose de repenser la façon dont ces organisations composent leurs programmes, en décentrant et désoccidentalisant leur regard et leur approche, dans une perspective inclusive et davantage représentative de la diversité de la scène artistique contemporaine.
The eastbloc antifascist sound alliance est une initiative communautaire créée autour du désir de mettre en relation des artistes travaillant autour du son et des cultures électroniques en Europe de l'Est et dans la diaspora des anciens territoires du bloc de l’Est.Black Artist Database (anciennement connu sous le nom de Black Bandcamp) est une plateforme communautaire hébergeant une multitude de labels, d'artistes, de producteurs et de groupes internationaux appartenant à des personnes noires. Cette base de données offre un moyen facile de rechercher, de filtrer et de soutenir directement la production créative des artistes noir·es du monde entier. La base de données est un travail en cours de constitution, entretenu par des bénévoles et des administrateur·ices rémunéré·es.
Niks (Black Artist Database, UK) M (The eastbloc antifascist sound alliance, CZ)
COMPLET
14:00
conférence-écoute • HEAT
Action's image

Conférence-écoute : Deena Abdelwahed

Chaque début d'après-midi de NS Lab, un·e artiste de la programmation de Nuits sonores ou une personnalité du secteur artistique partage et commente ses influences musicales à HEAT. Une heure pour se plonger dans ses bacs de disques ou ses collections mp3, et une autre manière d'appréhender une sélection musicale, commentée et remise dans son contexte.
Entrée libre
15:00
Talk • H7
Action's image

Contre-culture brésilienne : électronique, incandescente et politique

Dans un pays, le Brésil, présidé par un Jaïr Bolsanoro connu pour son autoritarisme et ses outrances réactionnaires, les droits des minorités, notamment LGBTQIA+ sont largement réprimés.

En 2021, plus de 300 personnes LGBTQIA+ ont été tuées dans le pays et à Rio de Janeiro, environ 90% des personnes tuées par la police en 2020 sont des hommes noirs. Dans ce contexte, les musiques électroniques, le baile funk et la techno représentent une réponse directe et contestataire à ce pouvoir en place. Des artistes significatifs viennent nous témoigner comment ces musiques sont le pilier de la contre-culture au Brésil aujourd'hui : dérangeant pour certain·e·s, elles permettent aux sexualités plurielles d’advenir, créent des espaces d’expression et de représentation de la jeunesse noire, queer et non-binaire.

À l’affiche de Nuits sonores 2022, Teto Preto et son collectif Mamba Negra organisent des soirées, au Brésil, où les personnes trans et les drag queens ont des entrées gratuites, à vie. MC Carol quant à elle s’est présentée aux élections pour la représentation de l'État de Rio de Janeiro sur la liste des candidats du Parti communiste brésilien
en 2018.

Résolument politique, par ses performances scéniques subversives et son utilisation de la musique forte, puissante, la scène électronique entre en résistance contre le pouvoir en place, promeut la liberté des expressions, des identités et lutte contre le racisme. Elle puise dans ces revendications la force d’un véritable contre-pouvoir dont les modalités d’action divergent radicalement de l’Occident : c’est véritablement la création d’un système parallèle, qui se cherche et s’invente sans arrêt, à travers la performance et l’art.

Teto Preto (artiste, BR) MC Carol (artiste, BR) Alessandra Moura (artiste, BR) Modération : Felipe Maia (BR)
inscription
16:45
Talk • H7
Action's image

Scènes et club cultures face à la guerre en Ukraine

Stream solidaires, événements caritatifs, accueil d’artistes en résidence, aides humanitaires… De Tbilissi à Paris, les scènes électroniques se mobilisent face aux drames engendrés par l’invasion de l’Ukraine par la Russie. À différents/divers niveaux, les différentes communautés des club cultures s’activent pour soutenir celles et ceux impacté·es par la guerre, comme la Clubcommission à Berlin. De quoi (re)poser la question du rôle de ces cultures.

Car si une minorité déplore la politisation accrue des musiques électroniques, elle oublie que le politique est inhérent aux club cultures. C’est ce que rappelle la journaliste ukrainienne Mariana Berezovska dans une tribune puissante pour le média Resident advisor : l’importance de la place qu’occupait Kyiv juste avant la guerre dans l’imaginaire des clubbeurs et des clubbeuses de toute l’Europe.

La journaliste exhorte alors artistes, acteur·ices culturel et citoyen·nes à prendre leurs responsabilités, à l’heure où des DJs ukrainien·es prennent les armes et des clubs à Kyiv se transforment en refuge.
Daniel Jakobson (Club Commission, DE)
Diana Azzuz (artiste, UA)
Mariana Berezovska (Borshch Magazine, UA)
Zviad Gelbakhiani (ICKPA, GE)
Modération : Andra Amber Nikolayi (artiste sonore, RO)
inscription
18:35
Talk • Hôtel71
Action's image

Musique, genre et dynamiques de pouvoir

Dans le cadre du lancement de Majeur·e·s

Les normes de genre se font normes professionnelles : alors que les élèves de l'enseignement supérieur culturel sont majoritairement des femmes,  elles ne représentent qu'à peine la moitié des effectifs dans la culture et sont souvent cantonnées à exercer des métiers supports : adjointes de direction, ressources humaines, administratrice de production et de communication, plutôt que la direction artistique et la programmation. Des *digger*s aux DJ en passant par les programmateur·ices de festival ou de radio, l'expertise musicale est souvent réservée aux hommes. Quels sont les freins qui empêchent encore l'accès massif des femmes aux postes de direction, de stratégie et de décision ? Pourquoi les genre masculin, souvent cis et blanc, continue-t-il à être considéré de manière systémique le garant de la tendance et du bon goût en matière de musique ? Face à ce constat, de plus en plus de dispositifs correctifs émergent pour dégenrer l'industrie, tels que les programmes d'accompagnement et de mentorat, mais aussi les nombreux réseaux féminins et de minorisés de genre structurés par métiers, esthétiques ou territoires.
Les intervenantes partageront leur expérience et expertise, pour désacraliser le « boys club », valoriser les compétences des métiers de l’ombre, et rétablir l'équilibre du pouvoir.
Claudia Courtial( Les Canutes, FR) Laurie Hagimont (sociologue, FR) Claire Morel (shesaid.so France, FR) Elodie Vitalis (Venus Club Agency, FR)
SOLD OUT
18:30
H7
Action's image

Radio Lab

interviews :RA Exchange Badsista
Meuko! Meuko!
Entrée libre
18:30
HEAT

Dj-sets

Jusque minuit. SUERTE
Diana Azzuz
Diapasøn
Farah
Entrée libre
10:30
Workshop • Hôtel71
Action's image

Atelier impact(s) - Vers une méthode concertée d’évaluation des impacts environnementaux, sociaux et territoriaux du secteur de la musique

Les professionnel·le·s de la musique ont à leur disposition un nombre grandissant de rapports, de labels et de chartes qui traduisent une ambition commune d’améliorer nos pratiques, mais les effets d’entraînement au changement ne sont pas encore à l’échelle du défi. Les outils d’évaluation disponibles impliquent un coût parfois important et sont chronophages. Dans le même temps, à l’échelle européenne, la loi nous rattrape et des politiques d’éco-conditionnalité se mettent en place et tendent à s’accélérer.Afin de commencer à dresser un tableau de bord d’impacts commun à tout notre secteur et faisant consensus, cet atelier sera l’occasion d’établir avec les participant·e·s un état des lieux des évaluations et outils existants, les indicateurs les plus pertinents pour notre écosystèmes, et d’examiner dans quelle mesure ceux-ci peuvent être mesurés efficacement.
Gwendolenn Sharp (The Green Room, FR)
Maxime Faget (Fairly, FR)
COMPLET
10:30
H7
Action's image

Workshop journalisme avec RA

Le but du journalisme musical est de mettre en lumière les récits, les acteurs·ices et les phénomènes vibrants qui donnent vie à cette communauté.
De nos jours, il est relativement facile de s'impliquer : Les compétences peuvent s'acquérir de manière autodidacte, les rédacteurs·ices et les artistes sont plus facilement joignables. Mais être journaliste requiert une expertise dans au moins deux domaines : la musique et l'art de l'écriture, ainsi qu'une forte ténacité pour suivre une histoire.
Au cours de cet atelier, Whitney Wei, rédactrice en cheffe de Resident Advisor, et Chloe Lula, rédactrice en cheffe, vous apprendront comment présenter un projet, ce qu'il faut pour écrire un article convaincant, et répondront à vos questions sur le journalisme musical en tant que carrière viable.
Veuillez noter que les places sont limitées et que la préinscription est obligatoire.

Whitney Wei (Resident Advisor) Chloe Lula ( Resident Advisor,DE)
COMPLET
14:00
HEAT
Action's image

Conférence-écoute : Paul Georg

”НАШІ ГОЛОСИ / OUR VOICES'' raconte l’histoire de 10 musicien·nes ukrainien·nes et explore le paysage de la culture électronique contemporaine par le prisme d’artistes touché·es par la guerre russe contre l'Ukraine. Cette session se concentre sur les artistes resté·es en Ukraine faisant face à la terreur constante de la destruction et de la haine de l'armée russe. Cette conf-écoute retrace cette histoire à travers la perspective de ces artistes et souligne comment, même en temps de guerre, la créativité devient un pouvoir de guérison et de transformation. La dimension politique des musiques électroniques prend ici tout son sens, cette culture pouvant être perçue comme un échappatoire aux peines quotidiennes et comme un outil permettant d’éclairer la situation d’artistes ukrainien·nes marginalisé·es qui résistent à l’heure de l’impérialisme russe.
Paul Georg (Standard Deviation, UA)
15:00
Talk • H7
Action's image

Écologies sonores : Vinyle, streaming et culture matérielle de la musique

Au cours de la dernière décennie, nous avons assisté à une prise de conscience accrue des effets néfastes du streaming musical, de la production de vinyles et des tournées internationales sur l’environnement et le climat. Ce discours, qui se pose le plus souvent en termes d'empreinte carbone et de compensation, ne fait qu'effleurer l'ensemble des questions liées à la façon dont la musique prend en compte l’impact environnemental de l’industrie musicale. À travers une discussion sur les écologies sonores, le magazine Bellona vise à dépasser la seule responsabilité individuelle pour embrasser plus largement les relations entre la création, l'art et la nature. Quelles sont les esthétiques d'une culture sonore fondée sur d'immenses grappes de serveurs et des disques dérivés de combustibles fossiles ? Quel rôle les artistes et les acteur·ices culturels ont-ils à jouer dans la lutte contre la destruction et le gaspillage écologiques ? Enfin, peut-on envisager une pratique artistique qui dépasse les limites de la catastrophe écologique et capitalistique annoncée ? Gwendolenn Sharp (The Green Room, FR)
Leticia Trandafir (artiste,FR)
François Ribac(compositeur,FR)
Guillaume Heuguet (Audimat Éditions, FR)
Modération: Jean-Hugues Kabuiku (Bellona Magazine, FR)
inscription
16:45
Talk • H7
Action's image

#StopEACOP, récit d’un activisme planétaire

Présences dans les marches pour le climat, happenings sur le parvis du siège social de Total, irruptions lors de conseils d’administration, pressions sur les financeurs et investisseurs de ce projet climaticide, campagnes sur les réseaux sociaux… La mobilisation StopEACOP prend des formes multiples, agiles & virales, et un tour planétaire.
Le projet d’oléoduc géant EACOP du pétrolier français Total prévoit de traverser l’Ouganda et la Tanzanie, dont une vaste aire naturelle protégée, et a d’ores et déjà déplacé plus de 100 000 personnes.
Partie d’Afrique, la mobilisation @StopEACOP s’est déployée en France puis en Europe et dans le monde grâce à une campagne orchestrée par Make.sens, 350.org et relayée par des activistes climatiques comme Camille Étienne. Elle s’est amplifiée quand Total a peiné à prendre ses distances avec la Russie, reliant lutte pour le climat et contre les énergies fossiles qui financent la guerre.
À NS Lab, les artisans de cette mobilisation font le récit de cette nouvelle modalité d’activisme qui connecte les enjeux, croise les réseaux, mobilise la jeunesse et obtient des résultats ! Christian Vanizette (makesense.org, FR)
Stacy Algrain
Baraka Lenga (Scientifique spécialiste du changement climatique, TZ)
Clément Lopez (Journaliste chez Engrainage, média d'information militante et écologique, FR)
Modération : Paloma Moritz (Journaliste, FR)
inscription
18:30
H7
Action's image

Radio Lab

Interview d’Alexandre Monnin, professeur en redirection écologique et design Par Émile Hooge, prospectiviste et directeur associé de l’agence Nova7 On parle beaucoup de la nécessité de "changer de paradigmes" mais peu sont en capacité de penser et proposer ces nouveaux modèles. Alexandre Monnin, directeur de la recherche d’Origens Media Lab, le fait avec radicalité, en appelant à passer du modèle de l'ouverture (nouveaux mondes, nouvelles formes, nouvelles infrastructures, nouveaux produits, etc.) à un paradigme de la fermeture ou du renoncement. Démanteler, désinvestir, désinnover, "désassembler le capitalisme et ses projets hors sol", bref accepter de "fermer certains futurs déjà obsolètes" pour s'adapter à l'urgence écologique et aux bouleversements à venir comme celui que nous vivons actuellement. Dit comme cela, ça ne fait pas rêver - ça fait même plutôt mal ! -, mais cette rupture radicale est sans doute un moyen efficace de stopper le "business as usual" qui sape notre avenir et d'être plus créatifs dans notre manière de pratiquer le monde et de penser le vivant. Professeur en « redirection écologique et design » à l’ESC Clermont Business School, Alexandre Monnin a collaboré notamment avec l’UNESCO et le Shift Project pour lequel il a cosigné le rapport « Pour une sobriété numérique » en 2018. Plus récemment, Alexandre Monnin a publié « héritage et fermeture : une écologie du démantèlement » (éditions Divergences), contribué à l’ouvrage « Écologie du smartphone » (éditions le Bord de l’eau) et signé une étude prospective pour le CNM Lab intitulée « La sobriété comme suffisance intensive. L’exemple de la musique ». Émile Hooge
Alexandre Monnin
Nite Fleit
Entrée libre
18:30
HEAT
Action's image

Dj-sets

Jusqu'à minuit Nastya Vogan
Neskeh
MarsO10C
Aliana
Entrée libre
14:00
HEAT
Action's image

Conférence-écoute : Olivier Cachin

Entrée libre
15:00
Talk • H7
Action's image

Baltes, Finlandais·es, Polonais·es : des artistes à l’arrière proche de la guerre

Au sein même de l’Union Européenne, certains pays se sentent directement menacés et se préparent à une éventuelle invasion de leur voisin russe.
Une invasion russe, cela veut dire l’effacement des cultures actuelles et patrimoniales locales. On le voit en Ukraine où de manière systématique, les musées, galeries, bâtiments remarquables et lieux d’arts sont pillés ou détruits. Le sentiment d’insécurité dépend de la proximité de la frontière russe. On ne se rend absolument pas compte en France, en Espagne ou en Irlande de ce que vivent nos voisins européens en Pologne, en Finlande ou dans les Pays Baltes. Nos yeux sont tournés vers la première ligne du conflit ukrainiens, ses drames, mais nous ne regardons que peu ce qui se passe dans ces arrières proches.Au travers de cette rencontre nous entendrons l’investissement incroyable de ces pays, de leurs acteurs culturels, de leurs artistes, toutes disciplines confondues, pour aider la population ukrainienne. Nous entendrons leur position vis à vis des artistes russes et débattrons de ce sentiment de plus en plus répandu de relatif « abandon » de leurs pays par l’Europe non frontalière avec la Russie.
Que l’on ouvre des pistes pour resserrer les liens, en ce moment critique, où il est primordial de montrer que nous sommes unis et forts.

Kadi-Ell Tähiste (Kai Art Center and Estonian Contemporary Art Development Center, EE)
Antti Nylén (écrivain, FI)
Paulina Żaczek ( Granko Agency, PL)

Moderation : Arnaud Contreras (journaliste, FR)

inscription
16:45
Talk • H7
Action's image
Raphaël Glucksmann face à la rédaction du Grand Continent

Un réveil géopolitique de l’Europe ?

La guerre en Ukraine suscite-t-elle « notre réveil géopolitique » comme l’assurent tour à tour Josep Borrell, haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité ou Charles Michel, président du Conseil européen, dans la revue transnationale le Grand Continent ? Comment la pandémie de COVID-19, le dérèglement climatique, la rivalité entre la Chine et les Etats-Unis, les élections législatives en Hongrie et présidentielle en France ou encore la crise énergétique consécutive à la guerre en Ukraine font-ils bouger les lignes de la géopolitique internationale ?Pour prendre du recul vis-à-vis des déflagrations actuelles et mesurer leur impact sur la marche du monde, NS Lab invite l’essayiste et député européen Raphaël Glucksmann et la jeune et brillante rédaction de la revue Grand Continent à partager leurs analyses.La revue en ligne Grand Continent née en mai 2019, est devenue depuis une plateforme de référence pour le débat stratégique, politique et intellectuel en Europe. Elle connaît un succès croissant et ravive l’intérêt des citoyens pour les enjeux géopolitiques envisagés d’une manière fortement innovante.
Raphaël Glucksmann est l’auteur de plusieurs essais dont Lettres à la génération qui va tout changer (éditions Allary). Il signera ses ouvrages à l’issue du débat. Le premier volume papier de la revue Grand Continent est paru au printemps chez Gallimard sous le titrePolitiques de l’interrègne.

Gilles Gressani(Le Grand Continent, IT)
Ramona Bloj(GEG, FR)
Elena Maximin (Le Grand Continent, FR)
Mathéo Malik (Le Grand Continent, FR)
Raphaël Glucksmann (député Européen, essayiste, FR)
inscription
19:00
Hôtel71
Action's image

Conférence Molécule & Alexis Bernier - Brain Performance Mix by The Absolut Company Creation

Piloter des instruments grâce à des ondes cérébrales et donner naissance à des œuvres originales créées en partie par le cerveau d’un·e artiste : telle est la promesse du dispositif Brain Performance Mix porté par The Absolut Company Creation. En plus du live de Molécule le dimanche 29 mai au Sucre, le public de Nuits sonores aura l’occasion de tester cette technologie dans le cadre d’un projet mis en place à Hôtel71 sur la journée du samedi 28 mai. Un talk entre Molécule et Alexis Bernier viendra également compléter ce dispositif.Assistez pendant Nuits sonores à un échange entre Molécule, dj & producteur français et Alexis Bernier, fondateur de Tsugi Magazine. Ils aborderont les étapes de création du live de Molécule via le dispositif Brain Performance Mix by The Absolut Company Creation. La première performance musicale contrôlée et augmentée par le cerveau d’un artiste. Molécule (dj et producteur français.)Molécule est un musicien hors-norme. Peu d’artiste électroniques peuvent se targuer d’avoir l’audace de Romain De La Haye, alias Molécule. Producteur, DJ, Molécule est un aventurier, au sens propre comme au figuré, qui aime se confronter à des expériences et des territoires extraordinaires pour nourrir son imagination et en retirer une matière sonore et visuelle hors du commun. Il en résulte une musique puissante, abyssale qui prend forme lors de performances fascinantes et émouvantes. Frissons garantis. L’occasion de découvrir le processus créatif & les enjeux technologiques et artistique auquel il se confronte. Molécule Alexis Bernier
Entrée libre
18:30
HEAT
Action's image

Dj-sets

Jusqu'à minuit Olivier Cachin
GG
Kaynixe
Yannick Merlin
Kaynixe
Yanka
Entrée libre

Speakers

Alexandre Monnin

Philosophe, FR

Felipe Maia

Journaliste, BR

Alessandra Moura

Artiste, BR

Amine Metani

Shouka, FR

Apolline Bazin

Rédactrice en cheffe Manifesto XXI, FR

Éléna Maximin

Le Grand Continent, FR

Andra Amber Nikolayi

Journaliste, activiste, artiste sonore, RO

Zviad Gelbakhiani

Bassiani, GE

Paul Georg

Standard Deviation, UA

NIKS

Artiste, Black Artist Database, UK

Elodie Vitalis

Actrice culturelle, Venus Club Agency, FR

Chloe Lula

Resident Advisor, DE

François Ribac

Sociologue de la musique, FR

Daniel Jakobson

Clubcommission, DE

Francesca Spinelli

Journaliste, BE

Gilles Gressani

Directeur éditorial Le Grand Continent, IT

Rooh Savar

Journaliste, IR

Paloma Colombe

DJ, artiste sonore, FR

Hajar Drissi 

Guiti News, FR

Mariana Berezovska 

Journaliste, DE

Claire Morel

Présidente de shesaid.so France

Gwendolenn Sharp  

Actrice culturelle et écologie, FR

Philippe Couve

Directeur - Samsa.fr et Samsa Africa, FR

Whitney Wei

Resident Advisor, DE

Mous Bahri 

Artiste, LB

Mathéo Malik

Rédacteur en chef Le Grand Continent, FR

Ramona Bloj

Le Grand Continent, RO

Bawrut 

Bawrut, IT

MC Carol

Artiste, BR

Teto Preto

Artistes, BR

Claudia Courtial

Actrice culturelle, programmatrice, FR

Laurie Hagimont

actrice culturelle, FR

Aura Burzynski

Chargée des projets internationaux L'atelier des artistes en exil*, FR

Haïfa Mzalouat 

Journaliste, Inkyfada, TUN

Jean-Hugues Kabuiku

Journaliste, Bellona Magazine, FR

Diana Azzuz

Artiste (UA)

Christian Vanizette

Entrepreneur, Makesense, FR

Guillaume Heuguet

Docteur en sciences de l'information et de la communication, FR

Partenaires