L’Europe des cafés et des tiers lieux culturels

À la question de ce qui pourrait fonder l’identité culturelle de l’Europe, le philosophe George Steiner, fit cette proposition : « les cafés font l’Europe ». « Dessinez l’Europe des cafés, vous obtiendrez l’un des jalons essentiels de la notion d’Europe » écrivait-il dans Une certaine idée de l’Europe (2005). Club politique, fabrique d’opinions, lieu de création artistique, d’émulation intellectuelle et de conversation amoureuse, le café stimule l’esprit, vivifie la conversation et entretient les passions. « Ne serait-il pas, depuis plusieurs siècles, l’indispensable carburant de la création politique et artistique de la modernité européenne ? » demande l’historienne Emmanuelle Loyer dans Une brève histoire culturelle de l’Europe (2017). 

Constituer un réseau d’Europa-cafés, notamment dans les campagnes d’Europe, c’est l’une des « Sept idées pour un plan de relance culturel de l’Union » proposées par Giuliano Da Empoli. C’est sous le nom de code EuReCa pour « European Republican Cafés » que plusieurs associations européennes, dont EuropaNow! cofondée par Eric Jozesf, travaillent actuellement à la création d’un réseau de cafés qui soient des lieux de citoyenneté européenne. Aux traditionnels cafés qui ont fait la modernité européenne, faut-il ajouter cette nouvelle génération de lieux de sociabilité, de création artistique mais aussi de réinvention des modèles socio-économiques et culturels en Europe que sont les tiers-lieux culturels ?

GIULIANO DA EMPOLI

ELLA OVERKLEEFT

ÉRIC JOSZEF


MODÉRATION
MATHILDE GIRAULT