Édito

En juin 2021, European Lab a 10 ans ! 10 ans que cette plateforme née à Lyon, au cœur du festival de cultures électroniques Nuits sonores repère et connecte artistes, activistes, penseur·euse·s, journalistes indépendant·e·s, convaincu·e·s que la culture et les médias ont un potentiel de transformation de nos sociétés en crise. Que la pensée est une fête ; que l’art et l’activisme sont une réponse aux défis de notre temps.

Privées de fête et de culture vivante pendant plus d’un an à cause d’une pandémie mondiale qui a généré une ahurissante guerre de l’information, de Wuhan à Sao Paulo, Bruxelles, Budapest ou Paris, ces communautés créatives aspirent à un nouveau contrat social et culturel qui ne soit surtout pas le monde d’avant, en un peu pire ; où prospèrent la désinformation, les dogmatismes, les récits de haine et de peur.

En 10 ans et 26 forums : de Séoul à Delphes, Madrid ou Lyon, European Lab a repéré de nombreux foyers de création et îlots d’indépendance qui, mis en réseau, forment des archipels de résistance reliés à l’échelle européenne et internationale.

Les récits que produisent ces communautés interconnectées sont autant de visions du monde et de projets citoyens que European Lab se donne pour mission d’amplifier à travers la création d’espaces de dialogue et d’échanges. À cet engagement s’ajoute le soutien au développement de nouvelles formes de narration, de formats de diffusion et de médias émergents.

À l’ère du storytelling, il importe de dire et se raconter pour faire : notre capacité d’amplification de nos actions et d’engagement dépend de la puissance de nos narrations. Pour transformer notre paysage de la culture et des médias en Europe et plus encore notre destin écologique et démocratique, nous devons livrer la bataille des récits.

Mener la bataille des récits, c’est s’engager à ne pas confisquer la parole ni parler « à la place de », écouter les scientifiques aussi bien que les poètes, ouvrir des espaces d’expression — médias, événements et lieux — qui soient divers, pluriels, décentralisés, multipolaires, en réseaux.

C’est enquêter, documenter, produire des contenus originaux, dans leur approche éditoriale comme leur support technologique ou leur format de diffusion, qui suscitent la réflexion et incitent à l’action. S’efforcer de faire éclater les bulles informationnelles et déjouer les algorithmes manipulateurs.

Mener la bataille des récits, c’est tendre le micro à une nouvelle génération d’acteur·rice·s du changement en Europe et dans le monde. Mettre en lumière tous ces nouveaux médias, tiers lieux, festivals, labels, disquaires, clubs, porteur·euse·s de cause, artistes et activistes, associations et ONG, qui expérimentent de nouveaux modèles et imaginent des alternatives, soutenables et durables, pour contrer les logiques de marchandisation, de concentration et d’uniformisation et promouvoir des solidarités et des responsabilités nouvelles.

Tous et toutes, à leur manière, inventent des récits pour l’avenir, créatifs, inspirants et mobilisateurs, qui contrecarrent les glorioles nationalistes, pallient à la panne d’imaginaire et de narration du projet européen et renouvellent le paysage des médias.

Prendre part à la bataille des récits c’est croire en la force créatrice des récits et revendiquer une capacité d’agir ; c’est mener un combat pour les libertés, le pluralisme, la diversité, l’émergence.

Conçu pour se dérouler entièrement en ligne, le forum European Lab des 10 ans est un forum-média qui se déploiera autour d’un plateau radio, d’une chaîne de discussions ainsi que de workshops et de performances. Il s’ouvrira, autant que les mesures sanitaires nous le permettront, à la présence du public. Et mobilisera les réseaux d’acteur·rice·s européen·ne·s et au-delà avec lesquels European Lab est engagé dans cette bataille des récits.