Retour

31 mai

2019

H7

71 Quai Perrache

Lyon

Du lobby pour le bien commun

En redonnant ses lettres de noblesse au lobbying, la « startup civique » The Good Lobby entend offrir à tout citoyen la capacité de porter et défendre des causes auprès des acteurs publics, notamment à l’échelle européenne. La structure belge qui accompagne des ONG et autres acteurs de la société civile dans une démarche de formation et de « capacitation » proposera cet outillage pour la première fois à Lyon, le vendredi 31 mai, pendant European Lab Camp, lors d’un atelier gratuit en anglais.

Le 26 mai 2019, les citoyens européens éliront leurs députés européens dans un contexte général de désintérêt profond des électeurs pour cet enjeu. Parfois considérées comme « trop éloignées » de ses citoyens, les institutions européennes peinent à susciter un quelconque engouement. La place des lobbys dans le processus démocratique européen participe aussi d’une certaine défiance à leur encontre. Régulièrement pointés du doigt pour leur perméabilité aux lobbyistes, les députés européens tentent malgré tout de réguler ces derniers.

Récemment, le Parlement a adopté un amendement pour encadrer ce travail de lobbying. En obligeant les députés à communiquer systématiquement toute rencontre avec des groupes d’intérêt, le législateur européen renforce la nécessaire transparence liée à ce travail d’influence.

Lobby vs démocratie ?

Pour autant, de récentes affaires de liens occultes entre décideurs publics et lobbyistes continuent d’empoisonner l’actualité, à l’image de la récente affaire Monsanto. Révélée par la presse, cette enquête a mis au jour le travail d’un cabinet de lobbying ayant établi pour l’agrochimiste une liste de personnalités en fonction de leurs positionnements dans le débat sur le renouvellement de l’autorisation du glyphosate. Ces pratiques illustrent encore les relations étroites entretenues par des multinationales — dont l’agenda n’est pas naturellement tourné vers la recherche de l’intérêt général, et ces cabinets de lobbying qui vendent leurs services aux plus offrants.

The Good Lobby

Loin de cette vision d’un lobbying anti-démocratique, d’autres types d’acteurs s’efforcent d’inventer des pratiques de défenses d’intérêts plus vertueuses, tournées vers le bien commun. Parmi ceux qui s’activent sur ce front, The Good Lobby développe des méthodes de capacitation citoyenne pour former chacun au travail de lobby. Ancrée à Bruxelles, au cœur des institutions, mais ayant travaillé dans 16 pays du continent, la structure entend donner la parole aux intérêts publics sous-représentés en amenant les citoyens au cœur des processus de décision. Depuis 2015, cette « startup civique » a déjà accompagné plus d’une centaine d’ONG dans leurs combats, et peut se targuer d’avoir soutenu plus de 1000 citoyens dans la défense de leurs causes.

Capacitation citoyenne et participation démocratique

Pour se faire, The Good Lobby développe des méthodes d’outillage qui permettent à tout un chacun de s’approprier les méthodes et pratiques du lobbying commercial pour mieux défendre ses idées. Avec une approche participative, son équipe cherche aussi à briser les clichés et les opinions préconçues sur le lobbying et entend mieux faire comprendre le rôle des lobbys au niveau européen et national. The Good Lobby sera présent lors de European Lab Camp le vendredi 31 mai et animera un atelier gratuit (en anglais) : une occasion unique pour se former sur ces questions et s’outiller au contact d’Andrea Boccuni, directeur pédagogique de The Good Lobby.

Inscrivez-vous !